Monaco ›

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Vue Monaco nuit
La gestion de l'énergie d'une quarantaine de bâtiments publics de la Principauté est contrôlée à distance.Eric Duliere
Partager

La consommation a chuté de 21 % pour quarante-deux bâtiments de l’État.

La Principauté est bien décidée à réduire sa consommation d’énergie. Depuis 2005, le gouvernement a confié une mission singulière aux services des bâtiments domaniaux : maîtriser l’énergie. Sur les 400 bâtisses publiques que compte Monaco, quarante-deux d’entre elles ont été mises en télégestion. Une surveillance journalière qui permet de comparer, à distance, les diminutions des différents locaux. Et c’est une réussite! Pas moins de 350000 euros par an d’économies ont été réalisés sur cette quarantaine de bâtiments, ce qui représente une diminution notable de 21 %. Mais le chemin est encore long...
D’ici 2020, ce pourcentage devra s’étendre sur la quasi-totalité des constructions publiques. Une baisse de consommation estimée à 20 %, tout comme les émissions de CO2. Tandis que les énergies renouvelables sont censées augmenter de 20 %. 

42 % d’économies pour Saint-Charles
Le complexe Saint-Charles, qui comprend l’école, la piscine et le parking, fait figure de premier de la classe. « On a commencé par changer la pompe à chaleur, qui était beaucoup trop grosse. La climatisation et le chauffage représentent deux tiers de la consommation en moyenne. Notre difficulté a été de ne pas toucher au confort. On a également changé les ampoules, qu’on a remplacées par des leds. Pour le parking Saint-Laurent, nous avons mis en place la gestion d’éclairage. La lumière suit le véhicule et s’éteint derrière lui. D’ici 2020, les 52 parkings de la Principauté seront équipés de ce système. Ensuite, nous avons installé les panneaux solaires, de type thermique. Le soleil permet de chauffer l’eau de la piscine mais produit peu d’électricité » explique Jean Ferry.
Avec toutes ces actions, la consommation de Saint-Charles est passée de 23000 euros par mois en 2005 à 10000 euros en 2011, ce qui a amené à 42 % d’économies. Les investissements ont été de 420000 euros pour l’installation de tout le matériel.
Ils seront rentables d’ici quelques années car, pour le moment, 353000 euros ont été économisés.


« Une réelle prise de conscience »
La directrice de l’école Saint-Charles, Évelyne Dupont, participe à ces efforts. « Nous sommes fiers de cette baisse. On est très impliqué.  C’est vraiment rentré dans nos habitudes. Il y a une réelle prise de conscience collective, du personnel, des enseignants et des élèves. Avant, la lumière restait allumée quand on quittait la classe alors qu’on ne faisait pas ça à la maison. Désormais, le professeur nomme un enfant responsable de la lumière, du chauffage et de la porte. C’est devenu un réflexe au quotidien. On allume le radiateur ou la climatisation uniquement quand le besoin se fait ressentir », raconte-t-elle.
Il faut juste espérer que cette réduction de la consommation ne se répercute pas sur le confort des élèves et du personnel.

 

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.