Publié le  - 2
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Partager

Une jeune femme « en tenue d’Ève ou presque », vêtue d’un simple string, une canette de boisson énergisante entre les jambes. Ce 30 août 2008, ces photos d’un goût douteux sont diffusées dans l’établissement de nuit de Daniel Ducruet, Le Caliente, situé boulevard de la Croisette à Cannes

. Mauvaise farce ou basse vengeance, ces clichés, montrés au public sans le consentement de la jeune femme, ont valu à Jean-Pierre Roméo, ami et associé de Daniel Ducruet, et à son disc jockey une comparution hier devant le tribunal correctionnel de Grasse pour « atteinte à l’intimité de la vie privée ». À l’issue de l’audience, ils ont été relaxés.


L’ex-époux de la princesse Stéphanie de Monaco n’a pas été jugé. Blanchi lors de l’enquête, il était cité à comparaître par la partie civile. Mais le tribunal, présidé par Alain Ramy, a déclaré la nullité de la citation et ordonné l’annulation de la procédure, comme l’avait sollicité son avocat Me Guillaume Carré.
Les photos litigieuses avaient été prises en 2007 depuis un téléphone portable lors d’un anniversaire célébré au Caliente, alors que Diane, aujourd’hui âgée de 20 ans, était mineure car âgée de 17 ans.

 


« Lamentable »

 

Les photos avaient resurgi en 2008. Jean-Pierre Roméo, 46 ans, les avaient transmises au disc jockey pour une diffusion réservée au personnel, avait-il assuré. Le disc jockey, un Cannois de 30 ans, les avait diffusées dans tout l’établissement.


Selon Me Élise Van de Ghinste, avocate de la partie civile, les clichés avaient été pris dans « un lieu privé » : le carré VIP d’un club privé, et sans le consentement de la jeune femme puisque celle-ci était complètement ivre.


« Elle pose, comme dans un magazine de charme » a plaidé Me Fabien Collado, avocat du disc jockey.
Le procureur adjoint Jean-Louis Moreau a requis une peine d’amende. « Au-delà de cette affaire, je tenais à vous dire que vous avez une conception lamentable de la femme » a-t-il indiqué aux prévenus.

 


Vengeance ?

 

Mais le tribunal a estimé que le carré VIP d’un établissement de nuit ne pouvait être considéré comme un lieu privé et a prononcé la relaxe, sollicitée par la défense.


Pour l’avocate de la partie civile, il s’agissait d’une vengeance. Diane avait témoigné lors d’une émission de télévision contre Daniel Ducret et Jean-Pierre Roméo alors que ces derniers faisaient l’objet de poursuites pour violences sur le petit ami de la jeune femme (nos éditions du 3 juin et du 7 juillet 2009).
 

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
05/03/2010 à 08h57

AURAIS DU LUI METTRE LA BURKA vous ètes des hypocrites !!! c'est beau une femme ?

03/03/2010 à 22h37

Sans vouloir jouer la "mère la pudeur" on peut se demander ce que faisait là cette jeune fille, et surtout qui l'y avait amenée? 17 ans cest un peu jeune pour aller au VIP et se bourrer la gueule. Plutôt que de polémiquer (ils vont bientôt se marier, c'est une exclusivité) sur cette photo ne vaudrait-il pas mieux se poser d'autres questions?

Les dernières vidéos

La vidéo est momentanément indisponible, veuillez nous en excuser.


Le vote
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
La lutte contre le réchauffement climatique est-elle pour vous une priorité?
  • Oui
    76%
  • Non
    24%

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.