“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

De retour des rencontres du MEB à Vienne, cinq dirigeants monégasques livrent leurs impressions

Mis à jour le 16/05/2019 à 08:23 Publié le 16/05/2019 à 08:30
Les treize dirigeants conduits en Autriche

Les treize dirigeants conduits en Autriche Photo A.C.

De retour des rencontres du MEB à Vienne, cinq dirigeants monégasques livrent leurs impressions

Les treize dirigeants monégasques conduits par le Monaco Economic Board en Autriche, du 13 au 15 mai, sont rentrés enchantés par cette mission qui a su conjuguer culture et économie.

Treize chefs d’entreprise ont fait le déplacement viennois. Les superstitieux n’auront pas réussi à leur faire peur, tant ils ont été séduits par cette mission économique orchestrée par le Monaco Economic Board pendant trois jours dans la capitale autrichienne. Le nombre de participants leur aura-t-il pour autant porté chance sur le plan du business ? L’avenir le dira. En attendant, cinq de ces femmes et ces hommes livrent ici leurs premières impressions.

Claire Gaven

Claire Gaven
Claire Gaven Photo A.C.

"Suisscourtage"

Son métier
"Je suis en charge du développement commercial chez Suisscourtage. Ici, je suis en quelque sorte l’ambassadrice du cabinet d’assurance dans son ensemble."

Son bilan
"J’ai rencontré une personne qui monte des projets pour des sociétés mixtes et des institutionnels. Dans la discussion, je l’ai amené sur le risque cyber. Il s’agit d’expliquer comme on peut protéger son entreprise, sensibiliser ses collaborateurs pour éviter les dommages consécutifs à une attaque informatique. Ce monsieur a plusieurs projets en cours dans lesquels il veut mettre en place un package avec l’offre d’assurance. On maîtrise bien ce risque-là, donc ce contact peut s’avérer intéressant. Il a déjà prévu de venir me voir à Monaco afin que l’on poursuive la discussion."

Pierre-Anne Noghès

Illustration
Illustration Photo A.C.

"Étude Noghès-Monceau"

Son métier
"Je suis avocat-défenseur à Monaco depuis trois ans. Auparavant, j’ai exercé à Bruxelles pendant quinze ans. Grâce à mon expérience acquise durant ces années, j’ai pu intégrer directement le barreau de Monaco."

Son bilan
"C’était ma première mission avec le MEB. Je retiens d’abord que lors du forum économique de mardi, il y a eu une très bonne présentation de Monaco et de son attractivité. Cela donnait vraiment envie de s’installer à Monaco, d’en comprendre les spécificités, l’intérêt pour l’écologie, l’aisance budgétaire du pays qui n’a pas besoin de percevoir de l’impôt. Pour ma part, il est important d’avoir des correspondants autrichiens car à Monaco, on applique très souvent des lois étrangères. Dans les affaires jugées à Monaco, beaucoup de compétences restent nationales, en particulier en matière de divorces, de successions. Nous avons donc besoin de correspondants étrangers de qualité, qui peuvent ainsi venir plaider à nos côtés à Monaco."

Pieter Abts

Pieter Abts
Pieter Abts Photo A.C.

"ABTS"

Son métier
"J’analyse, pour une personne ou une société, les risques socio-économiques et financiers, dans le cadre d’une implantation ou une délocalisation d’entreprise."

Son bilan
"J’ai eu énormément de monde lors des rencontres B2B. J’en étais moi-même étonné. Quatorze personnes sont venues me voir. Mais je ne suis pas sûr que ces dirigeants autrichiens aient vraiment cerné mon métier. La plupart cherchaient surtout un” business partner” pour vendre leurs produits à Monaco. Je les ai orientés vers notre société familiale, en Belgique, qui fait de l’import-export. Mais pour mon business, il serait intéressant, maintenant, de leur donner des contacts afin de pouvoir les conseiller sur une éventuelle implantation à Monaco pour distribuer leurs produits."

Olivier Guillo

Olivier Guillo
Olivier Guillo Photo A.C.

"Smart GDPR"

Son métier
"On essaie de garantir le bon usage des données personnelles par toutes les organisations dans le monde. On a développé un logiciel qui permet de se mettre en conformité avec des réglementations comme GDPR (General Data Protection Regulation). On a signé des partenariats où on est appuyés notamment par Microsoft et la Commission européenne. Toute organisation qui se demande comment elle doit traiter les données personnelles qu’elle détient, peut, en utilisant notre solution, en quelques minutes, se mettre en conformité, opérer légalement et donner des garanties aux individus dont elle utilise les données."

Son bilan
"Dans tous les projets évoqués, j’ai noté une volonté de respect de la réglementation GDPR. Mais elle est souvent intégrée en aval des projets au lieu de l’être en amont. Or, dans deux cas sur trois, le projet n’est pas légal. D’où des pertes de temps et d’argent. J’ai rencontré des professionnels autrichiens qui vont utiliser notre solution."

Alexandra Filippeddu

Alexandra Filippeddu
Alexandra Filippeddu Photo A.C.

"AC Cleaner"

Son métier
"On fait du nettoyage microbiologique des systèmes de climatisation. Un climatiseur doit être nettoyé. On ne met pas en cause les climatiseurs mais la mauvaise connaissance des utilisateurs. Énormément de bactéries se trouvent dans ces appareils. S’ils ne sont pas nettoyés, on attrape des maladies, des allergies, de l’asthme, parfois même des légionelloses. Changer un filtre et mettre un coup de spray, ça ne suffit pas. C’est exactement comme si vous ameniez vos vêtements au pressing tous les jours mais que vous ne preniez jamais de douche. Extérieurement, vous êtes nickel. Mais sous les vêtements, vous allez sentir mauvais, avoir des croûtes… C’est pareil pour un climatiseur. Il faut le démonter et le nettoyer. Sinon, vous respirez ces moisissures. Pour moi, ce sera le prochain scandale sanitaire."

Son bilan
"J’ai eu deux bons contacts. L’un d’eux est énorme. Une personne qui m’a mise en relation avec un groupe important basé à Vienne, dont le métier est de construire des hôpitaux dans le monde. Ce groupe, qui emploie 15 000 personnes, serait intéressé par notre système. Je dois les contacter afin de voir comment je peux leur fournir notre savoir-faire. Cela pourrait déboucher sur un énorme marché. Cet interlocuteur m’a même dit que ce serait le jackpot pour moi. Si ça se fait, ce ne sera pas à Vienne car le marché de la climatisation est très limité ici, en raison du climat et du fait que les gens sont très soigneux. En revanche, cette société peut m’ouvrir des marchés dans d’autres pays."

 


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct