Publié le  - 2
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
médias ›1234
L'immeuble qui inquiète - 31105769.jpg
Aurélie Rabbia avec sa fille Kenaz qui fêtera son 2e anniversaire hors de sa maison demain mardi.
Partager

Les sinistrés de l'effondrement de la rue Mougins-Roquefort ont pu rencontrer les représentants de la Ville et poser leurs questions.

Stéphanie, Aurélie ou Nina ont pu, samedi matin à l'hôtel Le Patti, comme les autres sinistrés après l'effondrement de la rue Mougins-Roquefort, rencontrer des représentants de la Ville de Grasse dans le cadre d'entretiens individuels. 

>> RELIRE. Ce qu'il faut savoir après les effondrements d'immeubles à Grasse

Objectifs pour les Grassois privés de leurs domiciles : interroger des personnes compétentes principalement sur les démarches à engager avec les assureurs.

"Dommages psychologiques"

Nina est propriétaire au 5 rue Gazan. Une partie de son appartement, mitoyen de l'immeuble effondré, a bien souffert… Mais le reste des pièces est en bon état et abrite pour l'instant les 4 chats du couple.

"Mon compagnon y est allé pour les nourrir", disait-elle samedi matin après avoir rencontré l'expert juridique de la Ville "pour voir quelles aides je pourrai obtenir, non seulement pour les dégâts, mais aussi pour les dommages psychologiques. J'étais à la fenêtre de la cuisine en train de fumer quand le mur s'est effondré juste sous mon nez."

Entretiens individuels

Samedi matin, au bar et dans la salle à manger de l'hôtel Le Patti, les victimes directes et collatérales de l'effondrement ont ainsi été accueillies en entretien individuel entre 9 et 11 heures.

"Après avoir réglé la situation générale, qui consistait notamment à assurer hébergement et restauration, il était nécessaire de voir les situations individuelles", explique Christine Monpoix, directrice de la communication.

Avec Mmes Robin et Mascarelli, deux élues, ainsi que MM. Lehembre (directeur du service juridique) et Elaier (directeur du service gestion urbaine de proximité), elle a donc été très sollicitée.

>> LIRE AUSSI. Effondrement à Grasse: une matinée bien remplie

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
23/11/2015 à 20h51

Le vieux Grasse aurait besoin d'une large étude sur beaucoup de ses bâtiments.

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.