Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Palais de justice de Monaco
Archives Eric Dulière
Partager

Petit retour sur la « French connection » locale au tribunal correctionnel. Un responsable du réseau, Arthur Philipsen, condamné par défaut le 23 octobre 2013 à deux ans de prison ferme avec mandat d'arrêt, avait fait opposition au jugement. Toujours absent… Certainement par peur d'être menotté à cette audience, le ressortissant hollandais était représenté par son avocat, Me Franck Michel.

La peine a été reconduite.

Rappel des faits. Courant 2012, treize drogués très bien structurés alimentaient en stupéfiants depuis le pays voisin les établissements de nuit de la Principauté. Le groupe fonctionnait comme une véritable petite entreprise, avec fichier des clients, achats groupés, livraison sur place, jusqu'au dépannage au prix de 100 euros la dose… Tous ont été condamnés à de la prison ferme ou avec sursis.

« À l'issue de soixante gardes à vue et trois vagues d'interpellations, a rappelé le président Cyril Bousseron, Arthur Philipsen, Néerlandais résidant à Roquebrune-Cap-Martin, n'a jamais été entendu sur son propre rôle. Ce marin avait quitté la Principauté. À son domicile, coffre-fort, ordinateur, téléphone, comptabilité, numéraire, produits stupéfiants et sept bonbonnes de coke ont permis d'en savoir plus. Il fournissait, conditionnait et vendait la drogue. Jusqu'à vingt sachets au cours d'une soirée… »

Le procureur Michaël Bonnet, dans son réquisitoire, ajoutera : « Depuis octobre 2013, rien n'a changé. On est toujours dans un trafic avec une pyramide à deux têtes, pour de l'argent facile. Arthur Philipsen était le bras droit de Michael Genesis, cet autre dirigeant du réseau. Il lui fournissait une cocaïne de qualité venue de Hollande… Aucun élément atténue les responsabilités du prévenu. On reste à deux ans de prison ferme avec mandat d'arrêt. »

La défense a regretté l'absence de son client. « Pourtant c'est un jeune homme parfaitement sain et sérieux. Il est tout, sauf un drogué et un délinquant. Marin, il ignorait sa mise en cause. Il nie farouchement avoir monté ce trafic. Il a servi uniquement d'intermédiaire pour se procurer sa consommation personnelle. Il n'en a tiré aucun profit. Il peut bénéficier d'un sursis. »

Le tribunal préférera suivre les réquisitions du ministère public.

 

 

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.