Monaco ›

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
L'hommage du pays  à Anne-Marie Campora - 31055970.jpg
Ils étaient très nombreux hier, connus et inconnus, à venir soutenir la famille de la première femme maire de Monaco. Son frère, Jean-Louis Campora, était entouré de son épouse, de ses filles et de ses petits-enfants.Jean-François Ottonello
Partager

C’est en présence du souverain, des membres du gouvernement, du maire et de nombreuses personnalités de la Principauté que les funérailles de l’ancien maire se sont déroulées ce mardi matin

C'est avec les honneurs de toute la Principauté que se sont déroulées les obsèques d'Anne-Marie Campora, hier matin, en l'église Saint-Charles.

L'ancien maire de Monaco s'est éteinte dans la nuit de mercredi à jeudi au CHPG, des suites d'une maladie, à l'âge de 76 ans. Ce mardi à 10 h 15, l'édifice religieux était rempli de Monégasques et résidents venus rendre un dernier hommage à celle qui fut la première femme à diriger la mairie.

>>RELIRE.

Le souverain avait fait le déplacement pour soutenir la famille, arrivée avec le convoi funéraire. Son frère jumeau, Jean-Louis Campora, ancien président du Conseil national, était accompagné de son épouse, de ses filles et de ses petits-enfants.

À l'intérieur, l'ensemble des conseillers de Gouvernement ont aussi assisté à cette messe célébrée par Monseigneur Barsi, tout comme Laurent Nouvion, président du Conseil national et quelques-uns de ses élus.

Le conseil municipal était, quant à lui, quasiment au complet. Le maire, Georges Marsan, a d'ailleurs fait la première lecture. Il avait été le premier adjoint d'Anne-Marie Campora de 1998 à 2003.

C'est d'ailleurs elle qui lui avait "fait aimer la vie publique et lui avait appris ce métier", nous avait-il confiés au lendemain de son décès. Le doyen des conseillers communaux, Henri Doria, était chargé de la seconde lecture.

"Une place de choix en Principauté"

Puis le père César Penzo a pris la parole pour l'homélie. Il a évoqué "son goût naturel pour les activités sociales", une délégation qu'elle demandera d'ailleurs dès son élection en 1982, en tant que conseillère communale.

"En 1991, lorsqu'elle devient maire de Monaco elle apporte un nouveau souffle, entourée d'une équipe jeune. Et s'appliquera à mettre cette touche de délicatesse et d'attention qui rendra plus humaine sa fonction. Elle brillera par ses décisions pour les plus faibles, comme les bébés avec les crèches, et les personnes âgées. Elle avait une place de choix en Principauté."

Anne-Marie Campora a ensuite été inhumée au cimetière de Monaco, dans le caveau familial, dans la plus stricte intimité.

 

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.