Nice ›

Publié le  - 2
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Un laboratoire à ciel ouvert pour lutter con - 31097658.jpg
Pour limiter l'expansion du moustique tigre, le service environnement du SIVoM Val de Banquière teste, depuis septembre dernier, l'efficacité de pièges écologiques.DR
Partager

Aedes albopictus, sous ce nom latin se cache la petite bestiole indésirable de nos étés : le « moustique tigre ». Mais de plus en plus résistant, l'insecte n'est pas qu'insupportable en pleine saison estivale: il joue maintenant les prolongations en plein automne et un appareil permet de limiter son expansion.

Pour limiter son expansion sur le territoire, le service environnement du SIVoM Val de Banquière (dans l'arrière-pays de Nice) teste, depuis septembre dernier, l'efficacité de pièges écologiques.

Disposés sur différents sites, notamment à Saint-André de la Roche et Colomarts*, deux types d'installations ont été aménagés.

Le premier possède un attractif qui reproduit l'odeur de la sueur humaine et aspire le moustique dans un sac dont il ne peut s'échapper grâce à un petit ventilateur.

Le deuxième combine le même système à une bouteille de CO2, simulant la respiration.

Quatre fois plus efficaces

"D'après les premiers relevés, j'ai pu constater que les pièges associant le ventilateur et la bouteille étaient trois à quatre fois plus efficaces", explique Cyril Bruzzone, du service environnement.

Afin de connaître l'efficacité du dispositif, un comptage hebdomadaire a été effectué.

"Sur le site de la mairie de Saint-André, nous sommes passés de 492 individus à quelques dizaines d'individus en deux mois", continue Cyril, "cette baisse s'explique d'une part par le changement de saison, et d'autre part, par l'efficacité évidente des captures".

Ce traitement qui cible principalement les moustiques adultes, reprendra du service dès le mois de mai, le moustique entrant actuellement en pause hivernale (ou diapause).

L'année prochaine, la crèche de La Trinité devrait également accueillir l'un de ces pièges.

Cette étude à ciel ouvert permettra de mettre en évidence les sites les plus pertinents afin de poursuivre et de développer cette veille entomologique.

 


* Sur Saint-André, les pièges ont été installés sur le site de la crèche de la Grenouillère, de la mairie et de l'école F. Colomas. 
Sur Colomars, deux pièges ont été installés sur le site de la crèche des P'tits Bouts.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Vos derniers commentaires
27/11/2015 à 07h27

On nous dit " [...] étaient trois à quatre fois plus efficaces [...]"; mais plus efficace que quoi ? Cette phrase ne veut rien dire s’il n'y a pas une référence pour la comparaison. Cela me fait penser aux publicités pour les lessives : "machin lave plus blanc ..." ; mais plus blanc que quoi ?

27/11/2015 à 06h54

Foutaise . ...

26/11/2015 à 19h45

Ça réduit le nombre mais cela n'éradique pas les moustiques et encore il faut des conditions optimales donc inutiles malheureusement.

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.