Monaco ›

Publié le
Réagir Imprimer Envoyer Partager Partager sur facebook Partager sur Twitter Partager sur Google+ Partager sur Linkedin
share-logo
Dans les entrailles de la centrale thermofrig - 17255215.jpg
Dans les turbines des salles de la centrale thermofrigorifique, les visiteurs pouvaient hier découvrir comment on transforme la vapeur en énergie.
Partager

À l’occasion de la Journée mondiale de l’Environnement, les portes de cette usine qui permet de transformer les vapeurs en énergie étaient exceptionnellement ouvertes

La journée de mardi était mondialement consacrée à l'Environnement. Ah bon ? Pour éviter de passer complètement au travers, la direction de l'Environnement, collant au thème « l'économie verte », avait décidé de mettre en avant des actions en ce sens en Principauté. Organisant notamment des visites de la discrète centrale thermofrigorifique…

Le long du boulevard Charles III, cette usine construite en 1983 se charge de valoriser en énergie les vapeurs émises par l'usine d'incinération. Cette masse récupérée permet de créer du chauffage, de l'eau chaude, de l'électricité, de la climatisation dans les réseaux urbains. On ne peut pas dire que cette journée porte ouvertes d'hier a été un grand succès. Le maigre groupe de visiteurs s'étant restreint à des spécialistes de l'environnement… Mais pourtant la visite permettait de lever le voile sur un bâtiment anonyme de dix étages.

Coincé entre la SMA et l'usine de béton, cette centrale se veut un modèle d'économie eco-responsable important de Monaco, « à partir des déchets brûlés, nous recyclons la vapeur et en dégageons de l'énergie. Aussi, notre activité a une grande influence sur l'environnement » explique Christian Philipon, chargé de mission à la SMEG, société qui a en charge la gestion de la centrale.

L'eau de mer en complément

En 2011, les responsables de la centrale ont estimé que 6 000 tonnes de gaz à effet de serre ont été économisées grâce à l'utilisation de ces énergies pour chauffer et refroidir les bâtiments. « S'il avait fallu utiliser du gaz, les 6 000 tonnes de gaz à effet de serre auraient été émises ». En bout de chaîne, la centrale fournit une partie des bâtiments de bureaux ou d'habitations de Fontvieille. Voir plus…

Cette année, la centrale rentre dans sa période de grands travaux. Avec une surélévation, pour augmenter les capacités de production et desservir en chaud et en froid les nouveaux bâtiments qui ont poussé sur les délaissés de la SNCF.

Et utiliser au maximum les capacités de la centrale. En parallèle, l'usine va s'adjoindre les services du « potentiel thermique de l'eau de mer ». Une station de pompage a été installée face à l'héliport. Extirpant à 800 mètres du large et 100 mètres de profondeur de l'eau de mer à une température constante de 15 degrés. Cette énergie vient en complément des vapeurs d'eau recyclées pour, quand les besoins du réseau sont importants, éviter d'utiliser du gaz.

Le système pourrait aussi permettre de rafraîchir tout le futur bâtiment du CHPG.

Le délai de 15 jours au-delà duquel il n'est plus possible de contribuer à l'article est désormais atteint.
Vous pouvez poursuivre votre discussion dans les forums de discussion du site. Si aucun débat ne correspond à votre discussion, vous pouvez solliciter le modérateur pour la création d'un nouveau forum : moderateur@nicematin.com

Les dernières vidéos

La vidéo est momentanément indisponible, veuillez nous en excuser.


A suivre
Le vote

En naviguant sur notre site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer une navigation adaptée à vos centres d'intérêts et nous permettre de réaliser des statistiques de visites. En savoir plus sur notre politique de cookies.