“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Un plan pour aider les aînés de Monaco dans la transition numérique du pays

Mis à jour le 15/05/2019 à 10:23 Publié le 15/05/2019 à 08:30
Le maire Georges Marsan et le directeur général de Monaco Telecom, Martin Peronnet, ont paraphé cette charte qui devrait notamment prendre en compte les besoins des ainés.

Le maire Georges Marsan et le directeur général de Monaco Telecom, Martin Peronnet, ont paraphé cette charte qui devrait notamment prendre en compte les besoins des ainés. Cyril Dodergny

Un plan pour aider les aînés de Monaco dans la transition numérique du pays

La mairie et Monaco Telecom ont conclu, hier matin, un partenariat pour accompagner la population vers un meilleur usage des technologies. Premier rendez-vous le 27 juin.

Si elle est aujourd’hui une priorité du pays, la transition numérique peut effrayer certains.

Dans cette optique, la mairie de Monaco et Monaco Telecom ont signé, hier matin, une charte de partenariat pour un projet commun de sensibilisation et d’accompagnement de la population monégasque pour un meilleur usage des technologies de l’information et de la communication.

Le texte, paraphé par le maire, Georges Marsan, et le directeur général de Monaco Telecom, Martin Peronnet, doit donner vie à une série de mesures concrètes et gratuites pour la population. "En tant qu’institution de proximité, nous nous devons d’accompagner la population avec des offres de services et d’accompagnement", souligne le maire, pour qui la transition numérique est "l’enjeu majeur des prochaines années".

Pour être pragmatique, le premier acte de cette charte de partenariat sera une conférence ouverte à tous, le 27 juin, où seront évoqués les enjeux des nouvelles technologies et leur application au quotidien.

Des actions vers les aînés

Si le rendez-vous se veut grand public, en filigrane ce partenariat entre la mairie et Monaco Telecom vise plus particulièrement une population de seniors. Des aînés en Principauté que les services de la mairie accompagnent au quotidien pour l’utilisation des appareils ou l’information sur les technologies.

Ainsi des ateliers seront réalisés, trois à quatre fois par an, sur des thématiques à destination des membres du club Le Temps de Vivre, à la rentrée de septembre. Le premier évoquera la sécurité numérique, et l’importance par exemple de générer des mots de passe fiables.

Enfin, autre bénéfice de cette charte de partenariat, les personnes qui disposent à la fois d’une box et de la téléalarme ne seront plus facturées pour ce dernier service (une économie de 17,99 euros). Ce qui concerne une centaine de personnes parmi les 700 bénéficiaires de ce service d’urgence, qui permet chez soi d’être relié à une alarme d’urgence téléphonique 24h sur 24h.

"C’est une signature symbolique car la télécommunication change nos vies, le risque est d’exclure. Nous voulons inclure, notamment les aînés qui s’en servent au quotidien", souligne Martin Perronet, directeur général de Monaco Telecom.

L’entreprise a notamment fait germer cette idée après la disparition de la TNT et le changement de système en Principauté qui a nécessité une médiation auprès de la clientèle. "Nous avons fait 700 interventions au moment de la disparition de la TNT vers des personnes âgées à qui il a fallu montrer, expliquer… Et avec ce partenariat, nous voulons prolonger ce lien", confirme Martin Perronet.

Ce sont d’ailleurs des salariés de Monaco Telecom: ingénieurs, spécialistes du réseau mais aussi conseillers clientèle qui se chargeront des conférences et des ateliers développés dans les prochains mois.


commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct