“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

PHOTOS. On vous emmène dans les coulisses du Rolex Monte-Carlo Masters

Mis à jour le 12/04/2019 à 08:14 Publié le 12/04/2019 à 08:15
À partir de samedi, on se sentira moins seul dans les tribunes du central.
 Djoko s’échauffe à la corde à sauter ; Cilic s’entraîne entre les gouttes ; le ballet des chariots élévateurs ; équilibristes en action au-dessus du central.

À partir de samedi, on se sentira moins seul dans les tribunes du central. Djoko s’échauffe à la corde à sauter ; Cilic s’entraîne entre les gouttes ; le ballet des chariots élévateurs ; équilibristes en action au-dessus du central. Photo Jean-François Ottonello

PHOTOS. On vous emmène dans les coulisses du Rolex Monte-Carlo Masters

Jeudi, à deux jours du mythique tournoi de tennis, nous sommes allés nous balader au Monte-Carlo Country Club, pour observer les derniers préparatifs. Sans surprise, c’était le rush, entre les meilleurs joueurs du monde qui cherchent à s'entraîner et le ballets des camions déchargeant leur marchandise.

Et soudain, surgissant de nulle part, Novak Djokovic se met à sauter à la corde devant la grande boutique du Monte-Carlo Country Club. Le coin est tranquille, le ballet des camions et des palettes se jouant quelques mètres plus bas.

Le résident monégasque, qui connaît le club comme sa poche, s’échauffe ici. Saut à la corde. Exercices avec des élastiques et l’aide de son préparateur physique.

"Il a un peu râlé mais il a compris"

C’était hier en fin de matinée. Djoko, le numéro 1 mondial, avait réservé le central pour s’entraîner. Mais avec cette pluie fine qui tombait sur le MCCC, Michel Garcia a décidé que ce ne serait pas possible: "On lui a expliqué que ça allait abîmer le court. Il a un peu râlé mais il a compris. On lui a demandé d’aller s’entraîner sur le n° 2." Le seul court couvert.

Michel Garcia est chargé de la préparation des courts au MCCC. Et il sait de quoi il parle. Ça fait trente ans qu’il est le patron des terrains en terre battue du club.

Sur le court voisin, deux joueurs croates s’entraînent. Marin Cilic et Borna Coric. Encore une fois, Michel Garcia et son équipe auront dû gentiment insister pour qu’ils quittent le court, toujours pour la même raison. À deux jours du début des Rolex Monte-Carlo Masters, il n’est pas question de prendre le moindre risque. La terre battue monégasque doit être parfaite.

"Demain, ce sera le feu"

Jeudi matin, aux quatre coins du club de la Principauté, ça grouille. Ça court dans tous les sens. Les camions déversent des tonnes de palettes et de marchandises. Tout le monde est en train de s’installer. Les restaurants. Les partenaires. Les boutiques, les cordeurs de raquettes. Et toutes ces petites mains qui s’emploient à tout préparer et sans qui le tournoi de tennis, l’un des plus prestigieux du circuit professionnel, ne pourrait pas exister.

On déballe des poubelles, on traîne des pots de fleurs, on tire des câbles, on pousse des caisses noires à roulettes, on décharge des camions, on déballe et on installe des milliers d’articles dans les boutiques, on rejoue le Grand Prix de Monaco au volant de chariots élévateurs…

"Et encore, ce n’est rien, assure Frédéric Giudicianni. Demain (aujourd’hui, N.D.L.R.), ce sera le feu car tous les partenaires débarquent."

Et pendant ce temps-là, Djoko saute à la corde...

C’est la course. Eric Seigle, le directeur du MCCC, a le téléphone vissé à l’oreille. Son adjoint Eric Domerego aussi. Pendant quelques minutes, celui-ci laisse sonner son portable sans répondre, le temps de nous faire visiter la boutique principale, celle qui occupe la salle de gym pendant le tournoi. D’indiquer qu’une vingtaine de vendeurs se répartiront entre ce magasin et les deux autres, sous tente, et que des "milliers d’euros de chiffre d’affaires" seront réalisés dans les trois boutiques. De préciser que "les casquettes et chapeaux Panama sont les articles les plus vendus quand il fait beau", ainsi que les grosses balles de tennis, idéales non pas pour jouer mais pour pratiquer un autre sport, la chasse aux autographes.

Le fait que Djoko saute à la corde derrière la grande vitre le laisse de marbre. Le directeur adjoint du MCCC est habitué à croiser les plus grands joueurs de la planète tennis. Fût-il le numéro 1 mondial.

 

Novak Djokovic s'échauffe avec une corde à sauter devant la boutique du club.
Novak Djokovic s'échauffe avec une corde à sauter devant la boutique du club. Photo Jean-François Ottonello
Le ballet incessant des camions et chariots élévateurs.
Le ballet incessant des camions et chariots élévateurs. Photo Jean-François Ottonello
Marin Cilic en plein entraînement sur le court des Princes.
Marin Cilic en plein entraînement sur le court des Princes. Photo Jean-François Ottonello
Equilibristes en action pour parfaire l'installation électrique.
Equilibristes en action pour parfaire l'installation électrique. Photo Arnault Cohen

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct