“Rhôooooooooo!”

Vous utilisez un AdBlock?! :)

Vous pouvez le désactiver juste pour ce site parce que la pub permet à la presse de vivre.

Et nous, on s'engage à réduire les formats publicitaires ressentis comme intrusifs.

Je veux bien mais j'ai la freebox

Connectez-vous

pour sauvegarder mes filtres et personnaliser mon flux

continuer sa lecture

lire le journal

Balcon, terrasse et jardins... Ces spécialistes vous conseillent pour aménager votre petit coin de paradis

Mis à jour le 13/05/2019 à 17:16 Publié le 16/05/2019 à 18:00
Illustration

Illustration Photo Franz Chavaroche et DR

Balcon, terrasse et jardins... Ces spécialistes vous conseillent pour aménager votre petit coin de paradis

C’est enfin le retour des beaux jours et le temps est venu de réinvestir son balcon ou son jardin. Mais seulement, nous n’avons pas tous la chance (ou plutôt, le talent) d’avoir la main verte.

Pour remédier à cela, Claudio Fornasari et Jérémie Bertolino, de la société Les Jardins florissants, vont #NOUS donner quelques pistes pour créer un petit coin de verdure même dans un espace réduit. Les membres de cette entreprise familiale, créée en 1990, plantent, bêchent, arrosent les terres de Monaco à Saint-Tropez "et prennent autant de plaisir à créer le petit jardin de papi-mamie que celui des grandes villas avec piscine."

Dans la famille, il y a Claudio, le fondateur, Michel, son frère et ses deux fils Jérémie et Théo. Tous sont animés par la passion du jardinage, mais attention chez eux, pas de pesticides, ni de produits chimiques. On utilise des méthodes naturelles pour traiter les problèmes : la coccinelle pour les pucerons, un jet d’eau sous les feuilles d’oranger pour les débarrasser de leurs nuisibles. "On laisse faire la nature, parfois, les clients veulent intervenir tout de suite, mais il faut attendre, laisser le temps à la plante de se défendre aussi", explique Jérémy.

Photo Franz Chavaroche et DR

à taille humaine

Il y a trois ans, leur succès était tel qu’ils étaient une douzaine de salariés. "Mais nous avons décidé de réduire la masse salariale. Nous étions devenus plus chef d’entreprise que paysagiste et ce n’est pas notre mission première. Nous, on aime avoir les mains dans la terre", reconnaissent-ils en chœur. Ils se sont donc offert le luxe de réduire la taille de leur entreprise.

Et de choisir leurs clients. "Quand on nous appelle pour un devis, on se déplace gratuitement et on essaye de combiner les besoins du jardin avec les envies de nos clients. Et nous avons la chance de pouvoir les choisir", reconnaît Jérémie. Ces experts en jardinage vont passer en revue toutes les erreurs à ne pas commettre en matière de jardinage et #NOUS proposer quelques idées d’aménagement que ce soit pour un balcon, une terrasse ou un jardin.

Illustration
Illustration Photo Franz Chavaroche et DR

Cinq choses à savoir pour embellir votre balcon

Avant toute chose, il y a deux facteurs à prendre en compte pour un balcon : son exposition et son climat. « On ne va pas mettre des plantes exotiques au-dessus de Mougins, par exemple. Dès que l’on vit un peu en hauteur, il faut planter des végétaux adaptés », explique Claudio Fornasari, le fondateur de la société.

Des pots pour plus de mobilité
"Le premier conseil que l’on peut donner, c’est que sur un balcon, on met des pots et là, il faut faire attention au drainage : on met des graviers ou des billes d’argile au fond du pot pour ne pas noyer les racines dans l’eau. Ensuite, on recouvre d’un feutre, puis de terreau. Et on peut mettre une poignée d’engrais si on veut pousser un peu la croissance des plantes. Sinon, on laisse faire la nature", précise Jérémie Bertolino.

Miser sur les petites plantes
"L’autre erreur qui est souvent commise, c’est que l’on se rend dans une pépinière et que l’on achète tout de suite des grandes plantes déjà bien fournies. Le problème, c’est d’une part, qu’elles coûtent cher, et d’autre part, elles sont souvent poussées à coups d’engrais chimique et arrosées tous les soirs. Quand on les met sur son balcon, elles meurent si on ne poursuit pas l’arrosage. Il vaut mieux acheter des plantes plus petites et être patient... Elle aura le temps de s’adapter à son milieu et vous ferez des économies", sourit Claudio.

Illustration
Illustration Photo Franz Chavaroche et DR

Doser l’arrosage
Une fois, les végétaux plantés, on arrose régulièrement en faisant attention de ne pas les noyer, non plus. Il suffit de vérifier si la terre est sèche ou pas. Et si le bac ou le pot est en plein soleil, on couvre la terre de copeaux de bois pour la protéger et éviter le ruissellement de l’eau. "Quand une terre est trop sèche car trop exposée au soleil, l’eau ne pénètre pas et elle ruisselle sur les bords", renchérit Jérémie.

Rempoter tous les trois ou quatre ans
Ensuite, tous les trois ou quatre ans, on sort les plantes de leur bac et on les rempote dans un contenant un peu plus grand pour les laisser s’épanouir.

Les plantes à préconiser:
- le bambou pour plus d’intimité: "Si on a un vis-à-vis sur le balcon et pas trop de prise au vent, on peut mettre du bambou, c’est assez résistant et ça crée tout de suite un peu plus d’intimité", explique Claudio.
- le jasmin, bougainvilliers ou pittosporum pour l’odeur: le jasmin de Grasse grimpant, c’est très joli et ça sent bon. Ils prennent peu de place au sol, ils peuvent grimper sur un treillage contre un mur. "Le pittosporum est très bien aussi, cet arbuste aux feuillages vert foncé, lustré avec ses petites fleurs blanches répand un doux parfum d’oranger. Il constitue d’ailleurs un excellent brise-vent sur le littoral."
Arrosez bien votre arbuste la première année pour assurer la reprise et paillez copieusement son pied dès l’automne pour le protéger du froid. L’avantage du pittosporum, c’est qu’il ne perd pas ses feuilles en hiver.
Ajoutez des cannisses en bambou, le long de votre balcon, du mobilier pliable que vous pourrez suspendre pour libérer l’espace, un tapis si votre balcon ne craint pas la pluie et quelques lampions et des plantes aromatiques suspendues (thym, romarin, basilic, coriandre) ou des fleurs de type dipladénia dans une jardinière pour ne pas encombrer l’espace et vous voilà parés pour l’été.

La terrasse : une pièce à vivre!

 

Terrasse tout en longueur, biscornue ou grand carré de 20 m2 ? Profitez de cet espace un peu plus grand qu’un balcon de ville pour créer une pièce à vivre en plus, l’été.

Délimiter l’espace
Vu que le terrain de jeu est un peu plus grand, il est important de définir ses envies en fonction de l’exposition et du climat. Inutile de vouloir prendre son petit-déjeuner sur une terrasse exposée plein Nord. Comme pour le balcon, une fois que vous aurez défini quel type de végétation convient à votre balcon, vous pourrez délimiter l’espace. Si la surface est assez grande, vous pouvez envisager de créer un espace repas, un autre pour la lecture ou le farniente.

Réchauffer le sol
Si le sol de votre terrasse est en carrelage, froid et inesthétique, rien de mieux que du bois, dès qu’il s’agit d’apporter de la chaleur à un espace. On opte pour une essence claire et résistante (mélèze ou châtaignier) qui ne nécessite aucun traitement. La patine argentée, obtenue naturellement avec le temps et le soleil, mettra en avant les végétaux et le mobilier. Pour une terrasse plus sombre et des propriétaires qui n’ont pas la main verte, la solution, c’est le gazon artificiel.

Illustration
Illustration Photo Franz Chavaroche et DR

Choisir des grands contenants
Le mieux c’est de choisir des plantes arbustives pour cloisonner l’espace avec des grands pots. Des panneaux recouverts de plantes grimpantes permettent de se protéger du vent. S’il y a la place pour une pergola, des plantes comme le jasmin, l’hydrangea, la clématite ou le chèvrefeuille créent un écrin de verdure en pleine ville.
"Selon la taille de la terrasse, on peut se permettre de mettre des gros pots de bananiers rouges ou d’érable du Japon. Ce dernier se plaît à la mi-ombre et va s’épanouir avec ses belles feuilles rouges", propose Claudio. Le gros avantage de cet arbuste est qu’il n’est pas gourmand en lumière et en eau, il est l’un des rares arbustes à s’épanouir sur les terrasses exposées au Nord, et résiste aux températures négatives.

Illustration
Illustration Photo DR

Le jardin, ce mal-aimé...

C’est souvent la dernière "pièce" dont on s’occupe quand on fait construire ou que l’on rénove une maison. À tort! "Je rencontre beaucoup de clients qui ont tout investi dans leur cuisine ou la décoration de leur maison et quand arrive le jardin, ils n’ont plus de budget", remarque Claudio.

Et d’ajouter: "C’est dommage parce que cela prend du temps de faire pousser des haies de lauriers, alors que si on les achète petit, cela coûte moins cher et ils ont temps de pousser le temps d’effectuer les travaux dans la maison."

Ne pas chercher à mettre trop de plantes
"D’abord, on regarde l’exposition du jardin, la qualité du sol, le style de la maison, le climat et on plante en fonction", souligne Claudio. "Si on veut créer un massif de fleurs, les erreurs souvent commises sont de vouloir planter trop d’espèces, trop de couleurs et trop proches les unes des autres. Là encore, il vaut mieux planter des petites plantes jeunes qui vont s’épanouir en fonction du sol", prévient Jérémie. "On peut mettre des plantes qui prennent du volume, comme les oiseaux du paradis, ces fleurs orange et violettes appelées aussi strelitzia."

Illustration
Illustration Photo Franz Chavaroche et DR

Pour ceux qui n’ont pas la main verte
"On peut mettre des pots de lavande. Elle demande peu d’entretien, donne une touche de couleur, mais elle n’est pas adaptée au bord de mer. Inutile d’acheter un gros pied de lavande. Elle croît très vite donc pas besoin de dépenser des sommes folles, il suffit de patienter un petit peu", souligne Jérémie.

Le pétunia est intéressant sur une terrasse. Particulièrement résistant à la chaleur et à la sécheresse, il aime le soleil et fait preuve d’une grande adaptabilité. Le romarin est idéal pour les jardiniers du dimanche. Rustique et esthétique, il demande peu d’entretien.

Réputé pour ses vertus sur notre santé, il est aussi esthétique avec ses petites fleurs qui s’épanouissent dès le début de l’année, et virent du bleu au blanc, en passant par le rose. Le romarin est très apprécié des pollinisateurs, un vrai plus pour la protection de l’écosystème même en ville.

Illustration
Illustration Photo DR

commentaires

Les insultes, les attaques personnelles, les agressions n'ont pas leur place dans notre espace de commentaires.
Tout contenu contraire à la loi (incitation à la haine raciale, diffamation...) peut donner suite à des poursuites pénales.

La suite du direct